12695977_1554196948223985_1539092280_nAu chaud dans mon coucouche-panier, j’étais en train de montrer ma collection de papillons à Nougatine, quand on a été dérangé par un bruit, dehors ! On aurait dit un pivert en plus gros, en train de percer un séquoia, ou le tunnel sous la planche ! Assourdissant. On s’est précipité et devinez quoi ? Tcherno… qui claquait des dents ! Faut dire que lorsqu’un ptérodactyle s’y met, on dirait une mitraillette à camembert façon Thompson graillée à la 45 !

– Ben alors Tchernobyl, mon cadet, ça va pas ? T’as froid ?

Clac clac clac clac clac ! (Ce qui veut dire « bouhouhou, ouin, ahouuu » en ptéro, je traduis pour la suite

– Ben faut pas pleurer comme ça, Tchernobyl, t’es pas bien ici ?

J’veux être un rossignol ! (grave le Tcherno…)

– Un rossignol, un rossignol, c’est vite dit, un rossignol et d’abord pourquoi faire ?

Bouhou, j’veux avoir une jolie voix, j’veux être chanteur, j’aurais voulu être un artiiiiiste…

– Mais t’en es un Tcherno, une vedette, pas vrai ‘Gatine ?

Pour sûr ! – qu’elle a fait la beauté.

Inconsolable le Tcherno. M’énervait pasqu’on avait des nouilles sur le gaz avec la môme Nougatine. J’ai télépapatophoné à Charly qui s’est ramené avec sa guitare.

Quézaco, olla Nougat’, olla Tcherno !

– Bon, plus tard les politesses. Charly sans te commander, tu peux accompagner Tcherno, y veut chanter… – Cantare, loui ? Qu’il a fait en se retenant de se marrer.

J’veux mourir, bouhou ! Qui couinait le ptérossignol

Té bilé pas, c’est déya fait, y a 150.000.000 d’années ! A rétorqué Charly sans pitié, en attaquant un flamenco endiablé. L’autre continuait avec ses « clac clac clac clac clac » et sa crête fripée. Quand Charly est déchainé, impossible de résister, on s’est mis à danser avec Nougatine et Tcherno a fini de chialer en prenant le rythme avec son dentier et ses ailes membraneuses, une révélation le Tcherno. Après « Malaguena » à deux voix (moi et Charly,) on s’est écroulé, essouflette et tout le monde s’est congratulé !

– Alors Tcherno, heureux ?

Tu parles tit Raoul, merci,  j’ai découvert ma vraie vocation : je vais faire castagnettes en première année, à l’école de Flamenco !

– Tu vois Tcherno, fallait pas te fouler la rate, on trouve toujours en nous, quelque chose qui nous plait. Franchement, « Rossignol », c’était pas pour toi !

Bon on a du boulot avec la tite Nougatine. On vous bise fort : Raoul T’Choupinou 

(avec le concours de JC, chihuahuaste)

BLOGABIBI

Nous avons décidé de faire vivre Raoul alias T’Choupi au travers de ce Blog car il reflétait à lui seul toutes les raisons pour lesquelles cette association existe : le trafic de chien, la lâcheté de l’abandon dans la rue, la négligence des soins menant à une forme de maltraitance, le désintérêt pour les animaux âgés et notre impuissance à tous les sauver…

Raoul devient donc la voix de tous ces laissés pour compte, la voix de Teddy, de Roméo mais aussi celle de Charly et de tous ces chiens qui arrivent trop tard dans les associations, trop tard pour profiter d’une nouvelle vie…

Raoul vous racontera, avec ses yeux de chien, la vie de sos chihuahua, les chiens à l’adoption, les heureux adoptés mais aussi ce qui le met en colère et ce qui le rend heureux…