12309343_1529399737370373_566038676_nPénétré de la vacuité du monde d’en bas et de l’avantage des chaussettes à clous par temps de givre en prairie humide… Je ronflais dans mon coucouche-panier ! Les tites pattes en l’air et la boudine exposée au soleil avec une tite coccinelle en train d’y faire le ménage. Du coup, ça m’a réveillette. Belazur-sur-mer faisait la sieste, sauf du côté de la villa-niche Hollywoodienne de Charly, d’où sourdait une musique splendide.

Là, tit Charly jouait pas son flamenco endiablé où il est toujours question de sa mère et des douleurs du monde, genre : «Aya yaie, Mama, qué tristé la vida, qué yé souis maloro partout, qué ça mé gratté lé… » etc.  Le flamenco c’est beau, je dis pas, trop de flamenco comme les impôts, ça coure sur l’haricot !

Tout en m’étirant comme un chihuahua sait le faire, une papatte après l’autre, en ouvrant un four si grand qu’on pourrait avaler Saturne (et voir jusqu’au tit trou de balle, si qu’on s’y penche dedans,) j’ai tendu l’oreille (vous savez, la rousse avec des tits poils blancs !) J’ai reconnu « Fifille !» Une belle mélodie de Jack Treese,  de sa Suite périgourdine.  À ma connaissance, le seul guitariste folk à célébrer un toutou ! Faut dire, l’avait rien d’un zhumain le grand Jack ! Forcément, l’était guitariste et poète… L’était né très loin, dans un pays au nom marrant : « Minet sauta !» ou « Minnesota, » tout dépend d’où qu’on vient !

L’avait pas longtemps supporté les zhumains et toutes leurs saletés. L’était parti, sa guitare sur le dos et son banjo en bandoulière, avec un crabe dans sa gorge, c’est vous dire… Est-ce qu’en bas on se souvient encore de Jack Treese ? le guitariste aux doigts de magicien… Je crois qu’y a des copains à lui, de grands artisses et sa tite femme, une toute blonde, toute bouclée, toute gentille, qui se sont réunis nombreux pour faire un disque extraordinaire vingt ans après. Lui, de là-bas, très loin, y les contemple avec une affection éclairée par un beau sourire. Toujours malicieux, il conserve son tit accent amaîruicain  et son humour français. Jack Treese, un homme comme l’en reste trop peu… Il égrène à jamais ses notes entre les étoiles ! Quand il joue « Fifille », je repense à elle qui savait si bien trouver les truffes avec son p’pa, le Père Igor. Paraît qu’on trouve même sa musique sur Interpanet … Sacré Jack !

Jack vous embrasse et moi aussi : Raoul T’Choupinou

 (avec le concours de JC, chihuahuaste)

BLOGABIBI

Nous avons décidé de faire vivre Raoul alias T’Choupi au travers de ce Blog car il reflétait à lui seul toutes les raisons pour lesquelles cette association existe : le trafic de chien, la lâcheté de l’abandon dans la rue, la négligence des soins menant à une forme de maltraitance, le désintérêt pour les animaux âgés et notre impuissance à tous les sauver…

Raoul devient donc la voix de tous ces laissés pour compte, la voix de Teddy, de Roméo mais aussi celle de Charly et de tous ces chiens qui arrivent trop tard dans les associations, trop tard pour profiter d’une nouvelle vie…

Raoul vous racontera, avec ses yeux de chien, la vie de sos chihuahua, les chiens à l’adoption, les heureux adoptés mais aussi ce qui le met en colère et ce qui le rend heureux…